Ah ! Ces fins d’années ! C’est normalement à cette période-ci que l’on fait le bilan des douze derniers mois. On ressort nos bons coups et les mauvais coups des autres…

On ne se le cachera pas, 2021 a été à bien des égards une année à oublier. Pour ceux et celles qui ne sont pas d’accord, on a mis en ligne un lien Zoom pour en discuter…

Non, nous préférons être positifs. Aussi, nous allons faire des prédictions pour l’année 2022. Comme nous avons déjà prédit des mesures tel le droit environnemental sur les pneus, les redevances à l’élimination, les comités de vigilance ou encore la tarification des emballages par le passé, nous pensons avoir toute la légitimité pour prédire ce qui arrivera en 2022. Sans trop nous tromper…

Tout d’abord, il y aura le fameux rapport du BAPE sur L’état des lieux et la gestion des résidus ultimes. Et bien, ce rapport fera l’apologie de la gestion régionale des matières résiduelles, y compris de leur élimination. Des aides financières seront aussi accessibles pour financer l’implantation de nouveaux LET là où ce sera nécessaire. La stabilisation des déchets avant leur enfouissement, quant à elle, sera rapidement adoptée comme mesure limitant les nuisances et favorisant le recyclage des matières qui pourraient encore l’être. Le tout sera bien sûr agrémenté d’une traçabilité efficace et infaillible.

La commission Zayed recommandera de plus la fin de l’incinération au Québec ainsi que des investissements massifs dans des mesures visant la réduction à la source et le réemploi. L’obsolescence programmée et les produits à usage unique commenceront à être des concepts du passé…

Vers la fin 2022, on se versera du champagne à partir de bouteilles de la SAQ consignées… Les centres de dépôts hybrides fleuriront sur le territoire québécois à la satisfaction des communautés et des usagers. Tant d’emplois seront créés et tant de ressources conservées par ce système qui fera l’envie des autres nations…

Le système de collecte sélective municipale amorcera sa conversion vers une responsabilité complète pour les producteurs. Et ça va bien. Les centres de tri auront des normes minimales de qualité à respecter, ce qui ne sera pas un problème pour la plupart d’entre eux. La récupération et le tri au Québec seront dorénavant gérés dans son ensemble et non plus en silo. De nouveaux centres de tri, des centres de conditionnement plutôt, dédiés à des matières visées issues des centres de tri, verront également le jour. Les échanges d’expertise et de ressources seront légion. Tout contenant, imprimé ou emballage mis en marché sera durable, nécessaire et accepté par tous les centres de tri de la province. L’uniformité sera de mise, rendant ainsi la vie plus facile aux citoyens et rendant les campagnes publicitaires sur la récupération plus efficaces. Qualité et quantité, voici ce qui nous distinguera.

Pour ce qui est de l’agrandissement du LET de Champlain, le promoteur se ravisera et investira les sommes qui y étaient prévues pour mettre en place des mesures de diversions de l’élimination en amont. Il dira que c’est plus efficace.

En 2022, la COVID-19 sera malheureusement toujours présente. Les masques aussi. Mais nous aurons des masques réutilisables, homologués, et qui seront repris après leur vie utile par leurs producteurs et à leurs frais pour être recyclés ici, au Québec. Là encore, la traçabilité et la reddition de comptes seront d’une redoutable efficacité.

Oui, je sais, vous vous dites que c’est (un peu) exagéré. Mais au final, à quoi ça sert les fins d’années si ce n’est de nous propulser dans celles qui s’en viennent dans la joie et la bonne humeur, hein ?

Au nom de toute l’équipe du FCQGED, nous vous souhaitons une excellente période des fêtes et une année 2022 encore meilleure !