COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Rapport du BAPE sur le projet d’agrandissement du LET de Sainte-Sophie :

un rendez-vous manqué avec le développement durable

Montréal, 28 mai 2020 – Même si le rapport no 352 du BAPE portant sur le projet d’agrandissement du lieu d’enfouissement technique de Sainte-Sophie par WM Quebec Inc. (Waste Management) comporte des éléments intéressants telle la nécessité d’encadrer plus fermement l’utilisation des matériaux de recouvrement ou encore l’idée d’une évaluation environnementale stratégique sur la gestion des matières résiduelles au Québec, le Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets (FCQGED) estime que le BAPE a partiellement rempli son mandat avec la publication de celui-ci.

« Le BAPE ne recommande pas au gouvernement un tonnage potentiel ou des indications pouvant mener à un tonnage potentiel à être autorisé, il recommande au ministère de l’Environnement de consulter RECYC-QUÉBEC, et la MRC de La Rivièredu-Nord ; ne sortons-nous pas justement d’un processus de consultation où tout ce beau monde-là était présent ? », se questionne Denis Blaquière, président de l’organisme. « De plus, ce type de considération est déjà pris en compte dans le cadre du rapport d’analyse environnementale du ministère sur le projet », poursuit-il.

Pour étayer son argumentaire quant à sa justification du projet, le BAPE considère une sous-capacité d’élimination probable d’ici quelques années dans la grande région de Montréal, mais pas l’atteinte éventuelle des objectifs de réduction à l’élimination visés par la Communauté métropolitaine de Montréal, pourtant le plus gros client de ce site.

« Là, nous percevons comme un biais dans l’orientation du rapport », constate Priscilla Gareau, vice-présidente de l’organisme. « Une belle occasion manquée de changer notre approche dans ce genre de dossier », conclut-elle.

Le FCQGED considère que la gestion par mégasites d’enfouissement nuit aux efforts déployés par les citoyens et les MRC pour réduire les déchets envoyés à l’élimination et qu’elle constitue une source d’iniquité interrégionale. L’organisme espère que le gouvernement sera sensible sur ce point lors de l’adoption d’un éventuel décret sur ce projet. –

-30-

Source :

Karel Ménard
(514) 396-2686 poste 701
Cellulaire : (514) 647-3438