Fiche d'information D2

La valorisation des biogaz

Le biogaz est produit par la dégradation des matières organiques en absence d’oxygène. Il contient principalement du méthane, qui peut être purifié et utilisé comme source d’énergie.

Des biogaz sont générés dans les lieux d’enfouissement lorsque des matières organiques sont enfouies et recouvertes, coupant l’apport en oxygène. La production de biogaz débute dès l’enfouissement, et se termine après plusieurs dizaines d’années.

La biométhanisation, un procédé de stabilisation de la matière organique en vue de son recyclage, force la décomposition des matières organiques en absence d’oxygène. Ce procédé génère des biogaz dont le méthane est utilisé en remplacement du gaz naturel.

Le compostage, pour sa part, se fait en présence d’oxygène et ne devrait donc pas produire de biogaz.

État des lieux au Québec

Le méthane étant un gaz incolore et inodore et un puissant gaz à effet de serre, le Règlement sur l’enfouissement et l’incinération de matière résiduelle (REIMR) prévoit que les lieux d’enfouissement technique (LET) doivent capter et détruire les biogaz générés, ou les valoriser. Actuellement, la valorisation ou la revente des biogaz se fait dans certains LET, tels que ceux de Sainte-Sophie, Saint-Thomas-de-Joliette ou encore celui de Terrebonne.

La Politique québécoise de gestion des matières résiduelles et Stratégie de valorisation de la matière organique du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) visent le bannissement des matières organiques de l’enfouissement, et donc une diminution drastique des biogaz émis.

À l’inverse, avec le Règlement concernant la quantité de gaz naturel renouvelable devant être livrée par un distributeur et le PSPGNR, le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) vise et investit dans la valorisation des biogaz issus notamment des LET. En 2020, quatre projets de valorisation des biogaz issus de LET ont été financés par le MERN.

En ce qui a trait aux biogaz issus de la biométhanisation, le Québec compte actuellement 3 usines. Des projets sont en cours pour quatre usines de biométhanisation supplémentaires.

Position du FCQGED sur cet enjeu

  • La production de biogaz est une conséquence de la dégradation de la matière organique. En ce sens, la valorisation de biogaz ne devrait pas être vue comme une fin en soi, mais bien comme une condition d’exploitation des lieux d’enfouissement et des usines de biométhanisation. L’objectif principal de la biométhanisation doit demeurer la stabilisation et le recyclage de la matière organique.

  • Le financement des projets de valorisation des biogaz des LET en vue de la production de gaz naturel encourage l’élimination de résidus organiques, et s’oppose ainsi aux efforts de réduction à la source et du détournement de ces matières de l’élimination.

  • Les matières résiduelles ne sont pas des matières renouvelables puisqu’on souhaite leur réduction. En ce sens, toute énergie tirée des déchets n’est pas renouvelable.

RECOMMANDATIONS DU FCQGED

  • Cesser de financer les projets de valorisation des biogaz dans les LET;

  • Préférer le compostage local à la biométhanisation;

  • Le méthane issu de la décomposition des résidus organiques ne doit pas être reconnu comme une énergie renouvelable;
  • La valorisation du méthane issu des matières résiduelles en énergie ne doit pas être considérée comme une quelconque forme de valorisation de ces dernières;
  • Le méthane est un sous-produit de traitements de la matière organique.

Partagez sur vos réseaux sociaux

Print Friendly, PDF & Email

Imprimez et sauvegardez en PDF