ÉDITORIAL DÉCEMBRE 2020

Valorisation : faisons-le, mais faisons-le bien.

Les gouvernements fédéral et provincial ont annoncé des investissements dans la société Enerkem, une entreprise de production de produits chimiques par la valorisation de matières résiduelles. La valorisation et la valorisation énergétique des matières résiduelles ne sont pas encadrées actuellement au Québec, même si des débouchés et des projets pilotes existent au Québec depuis des années. Qui doit définir et encadrer la valorisation ? Pour l’instant, il semble que l’industrie puisse écrire les règles du jeu. Déjà, la société Enerkem parle de procédé renouvelable à partir de matières résiduelles tel que le plastique non recyclable, des plastiques issus, bien sûr, des hydrocarbures non renouvelables.

Cependant, le Québec pourrait avoir l’occasion parfaite pour approfondir la question et réfléchir à une réglementation de la valorisation.